Asser NASSAR

Asser NASSAR

Nasser Assar, né en 1928 à Téhéran, est un peintre français vivant à Paris.
Son père y occupe la chaire de « philosophie orientale » à l’université laïque. Dans ce contexte familial lettré, le jeune Nasser est bercé par la poésie – empreinte de philosophie – de Rûmî, de Hafez, de Sa’adi, etc.
Tout au long de sa vie, il y restera attaché, ainsi qu’à la philosophie de Shoravardi, de Rûzbehân, etc.
A la fin des années 1940, le jeune homme se rapproche des Jeunesses communistes.
De 1950 à 1953, il étudie à la Faculté des beaux-arts de l’université de Téhéran.
En 1953, il voyage à Hambourg, en Allemagne.
De là, il se rend à Paris et décide d’y rester, alors qu’il ne parle que le persan et l’anglais, et n’a pas d’emploi.
Il ne retournera en Iran, pour y rendre visite à son père, qu’en 1962 puis, pour de brefs séjours, en été, entre 1970 et 1977.
En novembre 1955, première exposition personnelle à la galerie Prismes, préfacée par Julien Alvard, critique fédérateur d’une tendance picturale baptisée « nuagisme » ; sous des mots d’ordre comme : « D’une nature sans limites à une peinture sans bornes », ou : « Insurrection contre la forme », ce dernier privilégie une peinture informelle fondée sur la transparence et l’immatérialité, en réaction contre les factures épaisses et contre la subjectivité surréaliste. Le groupe ne sera jamais vraiment cohérent et Nasser Assar ne s’y reconnaîtra pas.

© Powered by GPweb